L’étanchéité permet de protéger le bâtiment contre les agressions extérieures : pluie, vent, etc. Elle contribue également à la protection contre les agressions de l’intérieur, telles que l’humidité produite par la condensation. Il existe plusieurs techniques permettant d’obtenir cette imperméabilité : l’étanchéité à l’eau et l’étanchéité à l’air.

L’étanchéité à l’eau

Les techniques consistent entre autres à procéder au traitement des murs. Ceci contre l’humidité ambiante aussi bien extérieure, intérieure qu’ascensionnelle. Les planchers sont également traités, ainsi que la toiture, au niveau de la couverture et de la sous toiture, qu’il s’agisse d’une toiture en pente ou en terrasse. La cave doit également être étanchéifiée si le logement a été bâti sur un sol dont la nappe phréatique est élevée. Cela afin d’éviter les éventuelles infiltrations d’eau et les problèmes liés à l’humidité. Deux possibilités s’offrent quant au choix du procédé : l’étanchéité bitumeuse reconnue pour sa fiabilité ou l’étanchéité synthétique permettant à la fois finition esthétique et efficacité. Cette dernière ne requiert aucune intervention de flamme sur le chantier.

L’étanchéité à l’air

Il s’agit de supprimer les parois perméables à l’air, source d’inconfort dans la pièce à vivre. En effet, celles-ci sont à l’origine des déperditions thermiques, des courants d’air, de l’augmentation de la consommation d’énergie et donc du rejet de gaz à effet de serre dans l’environnement. L’étanchéité à l’air permet d’optimiser les systèmes de ventilation grâce à la maîtrise de la circulation des flux d’air. Cela au niveau des parois de la pièce à vivre : murs, portes et fenêtres, toiture, plancher, etc. L’étanchéité peut être réalisée sur chantier en rénovation. Parmi les techniques les plus courantes figure la pose de films pare-vapeur d’écrans de sous-toiture et de barrière radiante. Toutes les constructions neuves doivent obligatoirement répondre aux normes règlementaires : celles de la RT 2012.